La toute première étape pour commencer la batterie

La toute première étape pour commencer la batterie

Voici ma participation au carnaval d’articles organisé par Dario du blog Créer sa Propre Musique, sur le thème « La toute première étape pour commencer [un instrument] ».

 

Voilà un sujet très subjectif !

Beaucoup de choses m’ont inspiré.

Je pense qu’il y a plusieurs bonnes étapes par lesquelles commencer (et pas forcément une seule) et qu’elles seront différentes en fonction de votre personnalité.

Exemple : si dès que vous rentrez le soir vous vous jeter sur vos fûts ou que vous n’avez pas de mal à dévorer Stick Control, la motivation ne doit pas être un problème pour vous !

Pour d’autres, il peut être compliqué de travailler, même en voulant vraiment avoir des résultats.

Je conseillerais à ces derniers de travailler sur leur motivation, mais pas aux premiers pour qui ce ne sera pas une priorité.

Notons que du coup cet article fonctionne aussi bien pour ceux qui commencent la batterie que pour ceux qui jouent déjà mais qui sont bloquées, qui n’avancent pas ou plus.

Aussi, il y a 2 étapes absolument évidentes mais on va les dire pour être certain d’être sur la même longueur d’ondes : avoir une batterie (si si) et un professeur. C’est la base de la base.

Ce sont donc les « vraies » premières étapes, mais on va supposer que cela est acquis pour pouvoir aller plus loin.

Et si vous êtes autodidacte et que vous avez peur de « rentrer dans un moule comme tout le monde à cause d’une école de musique », je comprends. Mais si vous êtes passionné, que vous restez curieux et cherchez à vous développer ça ne sera pas un problème.

Autrement dit gardez l’esprit ouvert, ayez un peu de personnalité et promis vous ne ferez pas que des poums tchak pendant le reste de votre vie !

 

Alors comment bien commencer la batterie ?

Vous avez commencé la batterie. Pourquoi ?

Qu’est-ce qui vous inspire / motive / fait vibrer dans la batterie ?

Il y a autant de bonne réponses que de batteurs :
  • faire des concerts et gagner en confiance
  • monter un groupe et m’éclater avec des potes
  • la compo et le plaisir de la création
  • me défouler

Je pense qu’il est fondamental de se connaître en tant qu’humain ET en tant que batteur. D’accepter ce que vous êtes et les motivations qui vont avec.

Ceci pour la simple raison que sinon vous ne serez pas aligné avec vous-même : vous aurez l’impression de passer à côté de quelque chose et vous agirez en fonction de ce qu’on (vos parents, la société, votre prof, vos proches…) attend de vous plutôt qu’en fonction de ce que vous voulez réellement.

Que vous vouliez être batteur dans un trio de jazz local pour faire des petits bars ou bien pour jouer torse nu dans des  zeniths et essayer de choper un max de groupie, aucun problème. Mais il faut que ce soit clair pour vous, que vous en soyez pleinement conscient pour pouvoir y arriver aussi facilement, agréablement, et rapidement que possible.

Si vous jouez en groupe c’est peut être le moment de vous demander si ce groupe vous plaît toujours autant, vous correspond toujours autant, ou si votre motivation est ailleurs (un autre style peut-être ?).

Et ne pas perdre de temps et d’énergie à travailler des choses qui ne vous correspondent pas, ou viennent au mauvais moment (cf exemple du début).

Et je pense que c’est ça la première étape pour tout batteur : savoir ce qu’on veut réellement, ce qui nous fait vraiment vibrer.

C’est précisément ce qui n’est pas fait au collège quand tout le monde commence la musique en jouant un instrument que personne ne continuera : la flûte à bec.

Dario a poussé son petit coup de gueule sur le sujet, et bien que je trouve que ce système ne fonctionne pas je ne le blâme pas, je n’ai honnêtement rien de mieux à proposer.

Je réfléchirai un jour à la question pour créer un programme et tous vos enfants seront batteurs, oui oui 😉

Il ne s’agit donc pas juste se dire « j’adore jouer sur du Led Zep », mais vraiment se demander ce que l’on aime et donc ce que l’on attend de cet instrument.

Toutes vos actions concernant la batterie en dépendront par la suite : si votre ambition est simplement de vous amuser le weekend, par la peine de payer une fortune pour le meilleur prof.

Si vous voulez devenir pro, il va peut-être falloir se mettre une petite fessée et travailler (oui oui travailler, pas juste jouer sur des morceaux qu’on connaît déjà) des points spécifiques pour s’améliorer rapidement (voir l’article sur la pratique délibérée pour progresser rapidement sur un point spécifique).

Une fois que vous savez ce que vous voulez, posez-vous la question :

Quel plan d’action me permettrait d’être absolument certain d’atteindre ce résultat ?

Mais là on attaque un autre sujet.

Si vous êtes prêt pour votre plan d’action ce sera par là.

 

Sinon, reposez-vous la question toute simple :

Qu’est-ce qui me motive vraiment à la batterie ?

Acceptez la réponse, et agissez en conséquence.

C’est ça qui vous à fait commencer, et c’est ça qui vous fera continuer quand vous arracherez les cheveux.

 

Pour moi, c’est :
  • le plaisir de maniac que j’ai à chercher le break parfait en composant une chanson
  • l’adrénaline que je ressens avant de monter sur scène
  • la discipline que ça m’oblige à avoir dans mon travail de l’instrument
  • la fierté et le bonheur de partager des conseils avec d’autres batteurs

Aussi, après une quinzaine d’années à jouer j’ai fait entre temps de nombreuses activités et la batterie est la seule dans laquelle j’ai persévéré. Cela indique assez clairement la contribution de cet instrument à mon bonheur =)

Voilà, maintenant vous savez quelle question me semble fondamental pour commencer la batterie.

 

Si cet article vous a motivé et que vous êtes prêt à aller plus loin, vous pouvez remplir le formulaire qui suit et vous accèderez gratuitement à 3 vidéos pour progresser plus rapidement.

 

D’ici là bon travail de l’instrument et à bientôt !

 

Aurélien

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *