Les Piliers de la Réussite #8 Visualisation

Les Piliers de la Réussite #8 Visualisation

La visualisation est une technique que j’utilise depuis quelques années pour gérer mon stress, gagner en confiance, et depuis peu pour la progression à la batterie. Notre cerveau est incroyable, et la visualisation est une manière surprenante de travailler son instrument… sans toucher les baguettes !

 

Qu’est-ce que la visualisation ?

C’est une technique mentale proche de l’autohypnose, durant laquelle je visualise mentalement une scène / situation dans un but précis.

Il s’agit de visualiser mentalement un résultat positif que l’on désire atteindre.

Par exemple : je désire pouvoir jouer facilement le 1er moulin en double croche à 200bpm.

Je m’installe alors au calme, je ferme les yeux, et je me visualise en train de jouer à la perfection ce moulin à 200bpm.

Je créé dans mon esprit les images qui matérialisent mon objectif.

Je peux donc me voir, comme si j’étais une autre personne qui m’observait, ou comme une caméra qui me filmerait. Et je me vois dans la situation que je désire vivre : en train de jouer le 1er moulin à 200bpm avec une grande facilité.

Une fois que vous êtes à l’aise avec le visuel, ajoutez d’autres sens : vous pouvez alors entendre ce que vous jouer, ressentir dans vos doigts le léger impact des baguettes, sentir votre équilibre qui peut basculer pendant vos mouvements…

Plus vous rendez la visualisation proche de ce que vous ressentiriez dans une situation « réelle », plus la visualisation sera efficace.

 

Les bénéfices de la visualisation

Ils sont nombreux :
  • développer votre créativité
  • renforcer votre motivation
  • développer votre confiance
  • vous relaxer
  • développer votre technique

Entre autres…

La visualisation est une activité de l’esprit, on peut donc comprendre intuitivement qu’elle offre des bénéfices renforçant le mental (motivation, confiance, créativité etc.).

Il est plus surprenant qu’elle puisse renforcer des aptitudes physiques, comme la technique.

Je vais d’abord me concentrer sur ce point.

 

La visualisation pour développer sa technique

Donc oui, vous lisez bien : vous pouvez développer votre technique sans toucher vos baguettes, en restant assis les yeux fermés !

Je n’ai commencé que récemment la visualisation pour le développement de ma technique, ce n’est donc pas quelque chose que j’ai constaté par expérience.

Mais les études ne manquent pas.

Le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est vrai et ce qui est imaginé.

Chaque muscle et chaque organe réagit à un mécanisme de pensée.

Ainsi, vous pouvez pleurer devant un film dramatique, ou sursauter devant un film d’horreur, alors que vous êtes conscient qu’il ne s’agit que de fiction.

Nous savons que ce que nous voyons n’est pas vrai, mais le cerveau réagit et déclenche une réaction physique qui peut être très intense.

Il en est de même avec le muscle : Erin Shackell et Lionel Standing de la Bishop’s University l’ont démontré dans cette étude (en anglais) en 2007, et cela avait déjà été constaté par plusieurs chercheurs bien avant eux.

Leur étude porte sur le développement de la force physique grâce à un entraînement uniquement mental.

Ils se sont concentrés sur les muscles des hanches, la force des participants à donc été mesurée avant / après.

Ils ont fait 3 groupes :
  • Le Groupe 1 s’entraînait uniquement à la salle
  • Le Groupe 2 visualisait un entraînement physique intense sans faire aucun mouvement
  • Le Groupe 3 était un groupe témoin qui n’a fait ni entraînement ni visualisation

Ils ont ensuite remesuré leur force après les 2 semaines de l’étude.

Résultats :
  • Le Groupe 1 (entraînement physique) a augmenté ses capacités de 28%
  • Le Groupe 2 (visualisation) a augmenté ses capacités de 24%
  • Le Groupe 3 (aucun entraînement) n’a pas augmenté ses capacités significativement

 

Oui, 24% pour le groupe qui n’est pas allé à la gym « en vrai », mais qui s’est visualisé y aller.

Notons que bien que les Groupes 1 et 2 soient proches dans leurs résultats, sur des études plus longues l’écart se creuse et l’entraînement physique reste en tête.

Le Dr. Alvaro Pascual-Leone, de la Harvard Medical School, a fait une étude similaire avec des pianistes.

Après 4 jours, l’amélioration était presque identique entre ceux qui avaient vraiment joué et ceux qui ont uniquement visualisé leur pratique.

C’est seulement après 5 jours que ceux qui jouaient vraiment sur un piano ont montré une amélioration supérieure. Et ceux qui visualisaient arrivaient alors à rattraper avec quelques heure à peine de pratique sur un piano.

Vous l’aurez compris, dans une certaine mesure votre cerveau n’a pas besoin que vous fassiez réellement un geste pour pouvoir améliorer votre capacité à faire ce geste.

D’ailleurs, la visualisation a été enseignée à Jeff Mounet au Musicians Institute de Los Angeles, et il l’utilise toujours des années après pour continuer à progresser.

Vous pouvez l’écouter partager son expérience dans le podcast sur le Musicians Institute.

 

La visualisation pour développer sa créativité

C’est un résultat que j’ai eu sans le rechercher, plutôt cool !

Après quelques mois de visualisations quotidiennes pour développer ma motivation et ma confiance, j’ai commencé à avoir de nouvelles idées pendant les visualisations. Des idées qui ne me venaient pas autrement.

Mes visualisation étaient concentrées sur un objectif professionnel.

Le but était de toujours chercher les opportunités de sortir de ma zone de confort, rencontrer de nouvelles personnes, parler en public, créer des groupes de réflexions etc.

Et peu à peu, en me visualisant réussir dans certaines situations non seulement j’étais plus à l’aise dans ces situations mais en plus je trouvais de nouvelles manières d’aborder ces situations, de nouvelles idées qui ouvraient mon esprit et le challengeaient à remettre en cause certaines croyances.

Je commence donc à utiliser la visualisation pour devenir plus créatif dans la composition de partie de batterie.

Et ne vous inquiétez pas cela ne prendra pas plusieurs mois avant que vous constatiez les bénéfices : je pense que ça a mis du temps pour moi car ce n’est pas ce que je recherchais, c’était un « accident ».

Malheureusement je n’ai pas de groupes actuellement, mais depuis que je fais ces visualisations j’ai vite racheter Guitar Pro pour pouvoir écrire mes idées rapidement !

Maintenant, je n’ai plus peur de ne pas trouver LE bon break ou le bon groove qui colle à un morceau.

Je sais que je suis plus créatif et je prends également plus confiance en moi, car je sais (bien plus qu’en terme de connaissance, au delà de la compréhension logique, je le sais car je l’expérimente) que ma créativité peut se développer autant que je peux développer ma technique de mains.

La créativité me fascine de plus en plus : vous pouvez être certains que j’écrirai d’autres articles sur le sujet !

 

La visualisation pour se détendre avant un concert

C’est quelque chose qui semble être très demandé, je ferai donc un article pour traiter la question en profondeur.

En attendant, sachez simplement que la visualisation est un excellent moyen de gagner en confiance et de vous détendre.

Visualisez régulièrement (10 minutes par jour par exemple) peut vous permettre de mieux gérer vos émotions, de vous détendre (comme la méditation) et de mieux appréhender une situation qui vous fera sortir de votre zone de confort (un concert…).

Aussi, visualiser juste avant un concert (si vous pouvez trouver un endroit calme quelques minutes) vous détendra également et vous permettra d’entrer sur scène plus détendu et plus concentré sur l’objectif du concert, c’est à dire ce que vous avez visualisé.

Plus détendu et plus concentré, vous serez certainement plus capable de reproduire sur scène tout ce que vous savez jouer en répète.

 

Comment ça marche ?

Pour ce qui est de la confiance et de la motivation, plusieurs choses permettent à la visualisation de fonctionner.

L’autosuggestion, le fait de se préparer et donc de minimiser la surprise et l’inconnu (avant un concert ou un rdv par exemple), et le fait de répéter mentalement une action, ce qui prépare le corps à bien faire cette action.

La visualisation pour renforcer sa confiance / motivation peut être comparée au travail des rudiments. C’est l’exercice pratique de l’esprit.

Peut-être est-elle aussi efficace parce qu’elle laisse plus de liberté à mon intuition : ce que je réalise mentalement n’est pas limité par des blocages physiques comme la technique.

 

Pour le développement physique, le site se-realiser.com l’explique très bien :

Grâce à la stimulation nerveuse envoyée aux muscles pendant une séance de pratique mentale (mais inhibée en fin de chaîne pour que le mouvement ne soit pas concrètement réalisé), on développe la propagation du message nerveux pertinent ainsi que la capacité à recruter les fibres musculaires de manière correcte pour l’exécution du mouvement cible.

On développe ainsi la commande nerveuse permettant une meilleure exécution et éventuellement le développement de la force par un meilleur recrutement des muscles.

C’est donc la précision de l’ordre envoyé par le cerveau au muscle que l’on va travailler.

Voyons maintenant comment vous pouvez l’appliquer pour progresser.

 

Comment faire une visualisation ?

Chacun trouvera son bonheur d’une manière différente.

J’ai écrit ces instructions en m’inspirant de mon expérience sur moi même et sur mes clients en coaching.

Je vous conseille de commencer comme décrit ci-dessous et de vous adapter ensuite en faisant ce qui vous paraît le plus efficace pour vous.

 

Avant la visualisation

Demandez vous quel est l’objectif.

Qu’est-ce que vous voulez obtenir de cette visualisation ? Comment peut-elle vous aider ?

Il est important d’être clair sur ce point car c’est ce qui va guider votre visualisation.

Tout comme les objectifs : si on ne sait pas où on veut aller, on ne risque pas d’atterrir dans un endroit qui nous plaît.

 

La position

Mieux vaut être dans un endroit calme.

Avec l’expérience, vous pourrez ensuite en faire même dans des endroits bruyants, comme les transports en commun.

La meilleur position est celle dans laquelle vous serez le plus à l’aise : assis, ou couché sur le dos généralement.

Personnellement, je la fais assis en tailleur, mes bras suivent les courbes de mon corps, et mes mains sont posées sur mes genoux.

 

Que fait le corps ?

Il se relâche.

J’aime commencer par respirer très profondément, en gonflant ma poitrine. Et relâcher tout le reste.

Les jambes sont détendues, les épaules bien relax, maintenues par votre torse gonflé.

 

Que fait l’esprit ?

Commencez par vous libérer de ce que vous avez à l’esprit (j’ai éteint la lumière du salon ? est-ce que j’ai vraiment le temps de faire ça ? ça va vraiment marcher ?). Laissez ces pensées circuler et sortir plutôt que de vous dire « il ne faut pas que je pense à ça maintenant ».

Pour le développement de la technique, il suffit de vous visualiser en train de maîtriser cette technique.

Il s’agit bien de se concentrer sur une technique en particulier, en étant le plus spécifique possible : le 1er moulin à 200 bpm par exemple.

De plus, le mouvement doit déjà être connu pour faire une visualisation la plus efficace possible.

Mieux vaut avoir déjà essayé la technique concernée pour pouvoir la développer durant une visualisation.

Pour le développement de votre créativité, imaginez d’abord que vous soyez capable de créer des parties de batterie originales simplement et rapidement. Visualisez-vous avec la partition en main satisfait de vous-même. Relisez alors cette partition, et écoutez ce qu’il se passe…

 

Pendant combien de temps ?

Personnellement, je fais environ 10 minutes par jour, sans me chronométrer.

Quand « c’est bon », je le sens.

Vous pouvez commencer avec 5 minutes uniquement, et ajuster ensuite.

 

Quand est ce que je verrai des résultats ?

Difficile à dire, ça dépend du sérieux de votre pratique.

Pour déstresser, les effets sur moi-même et sur mes clients sont toujours immédiats, dès la première session.

Pour la confiance / motivation / créativité, je pense que vous pouvez également avoir des résultats immédiatement, et plus vous pratiquerez plus vous aurez des résultats.

Pour ce qui est du développement de la technique, l’étude que j’ai citée porte sur des sessions de 15 minutes de visualisation, 5 fois par semaine, pendant 2 semaines.

 

Pour résumer

 

  • ayez un objectif clair

  • prenez une position confortable

  • relâchez votre corps

  • concentrez-vous sur le résultat que vous voulez obtenir

  • visualisez-vous en train de maîtriser la technique concernée

 

 

La visualisation est une technique parmi d’autres qui vous permettra d’accélérer vos résultats à la batterie. Si vous voulez progresser plus rapidement, vous pouvez entrer votre prénom et votre email juste en dessous de cet article.

Vous recevrez gratuitement l’accès à 3 vidéos présentant 3 techniques que j’utilise pour progresser plus rapidement.

Bon visionnage des vidéos et bonne visualisation, à bientôt !

 

 

Aurélien

Share

Comments

  1. hervé hartock Says: avril 6, 2016 at 10:34

    Merci pour cette articles.je vais le pratiquer tout de suite…
    musicalement….

  2. Jean-Claude Says: avril 7, 2016 at 4:58

    Salut Aurélien,

    Je viens de découvrir ton site et quel bonheur de parler batterie autrement. Ton article est très intéressant et rejoint ce que mon prof me dit: « le plus dur c’est la connexion entre la tête et les membres. » Moi même j’ai besoin de « décompresser » mes cours sur 2 ou 3 jours pour les assimiler pleinement. Je vais essayer cette méthode et surement l’adopter car je suis certain qu’elle fonctionne.

    Merci.

    Cordialement.

    Jean-Claude.

    • Aurélien Says: avril 7, 2016 at 8:44

      Salut Jean-Claude,

      Bienvenue sur le blog et merci beaucoup, c’est exactement ce que je veux : parler batterie autrement =)

      Pour le repos entre la pratique entièrement d’accord une période sans pratique permet de mieux assimiler (tout comme le sommeil), je ne sais pas encore précisément pourquoi mais ça me fait une idée d’article, je me le note.
      Personnellement je joue tous les jours sauf le weekend, et j’ai très souvent eu l’impression de mieux jouer le lundi que le vendredi, et jamais l’inverse…

      À bientôt !

  3. Cécile Says: mai 10, 2016 at 9:28

    Bonjour,
    Et encore un merci de plus pour cette approche différente de la batterie (de la pratique d’un instrument devrais je dire). je vais aussi tester ça, bien que la méditation et moi …hum … ben justement il est temps de m’y mettre !
    Même constat : s’acharner sur un exo plusieurs jours d’affilée s’il n’y a pas de pause, est moins productif pour moi que de le faire 3 jours, s’arrêter 2, recommencer, là il passe tout seul 🙂 je pense que le corps (en tout cas le mien) a besoin de repos et qu’un geste répétitif sur du long terme épuise les muscles concernés et on arrive plus à rien. Pour ma part je diversifie les exos.
    Musicalement,
    Cécile

    • Aurélien Says: mai 10, 2016 at 9:55

      Bienvenue sur le blog Cécile !

      Merci beaucoup pour ton commentaire, c’est effectivement ce que je recherche : parler de la batterie et de la progression différemment.

      Et oui, ça peut paraître contre intuitif mais arrêter de travailler permet de mieux reprendre par la suite… certainement un sujet pour un prochain article 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *