Qu’est-ce qu’un drum tech ?

Qu’est-ce qu’un drum tech ?

J’ai souvent entendu parler de « drum tech » (pour « drum technician ») dans des interviews sans vraiment savoir qui sont et que font ces personnes. Max Marzocca, batteur de Natron, The Ossuary et également drum tech à répondu à mes questions et partage son expérience dans ce métier.

 

NOTE : ceci est une traduction de notre échange en anglais. LA VERSION ORIGINALE EST ICI.

 

Est-ce que tu pourrais te présenter ?

Max Marzocca : salut, je m’appelle Max, je suis le batteur, membre fondateur, co-compositeur et parolier du groupe de death metal Natron et du groupe de doom rock The Ossuary. J’ai aussi été le batteur des groupes Tyrannizer Order, Reality Grey, Grimness 69 et beaucoup d’autres groupes underground. Je suis également roadie, tourmanager et je drum tech des groupes pendant les tournées.

 

Tu as aussi été drum tech pour Kevin Paradis (Mithridatic, Melechesh) : en quoi est-ce que ton travail consistait ?

Max Marzocca : mon travail est d’assister techniquement – et parfois mentalement ! – des batteurs durant leur tournée. Je travaille en freelance pour des agences qui créent les équipes travaillant sur les tournées.

D’habitude, je me lève à 10h, je vais à la salle de concert entre 11h et 12h, je prépare le matériel, je monte la batterie, les pads, l’électronique et les triggers. Ensuite, j’accorde la batterie avant que le groupe fasse les balances. Avant le concert, je m’occupe des détails de dernières minutes comme apporter des bouteilles d’eau et des serviettes sur la scène, revérifier que tout soit prêt. Pendant le concert, je reste caché derrière les amplis à côté du batteur pendant tout le concert, et je vérifie que tout se passe bien concernant le batteur et la batterie. Quand le concert est terminé, je débarrasse le matériel et je vérifie que tout est bien chargé dans la remorque du tour bus.

Ensuite seulement j’ai le temps de boire un verre et faire la fête.

Kévin est un des batteurs avec qui j’ai adoré travailler : facile à vivre, très concentré sur son rôle de batteur et toujours sobre, sauf pour la dernière tournée avec Melechesh où il m’a demandé une bouteille de Jack Daniels à la place d’une bouteille d’eau haha ! Il est vraiment excellent en tant que batteur, c’est également un bon ami et j’espère qu’on refera une tournée ensemble.

 

D’après toi, qu’et-ce qui fait un bon drum tech ?

Max Marzocca : être capable de bien comprendre les besoins du batteur, son jeu et sa personnalité et de s’y adapter.

Ton objectif est de mettre l’artiste à l’aise et heureux dans son rôle de batteur tous les soirs pendant environ 4 semaines, ce qui est la durée moyenne d’une tournée.

Être capable de faire ça dans toutes les conditions est fondamental : petites scènes, clubs, arènes, les conditions changent tous les jours et parfois sont très mauvaises ! Les nombreuses tournées que j’ai faites en tant que batteur m’ont beaucoup aidé pour ça.

 

Est-ce que tu as également un drum tech pendant les tournées avec tes groupes ?

Max Marzocca : seulement quelques fois, j’aimerais en avoir un plus souvent. Je me drum tech tout seul pendant mes tournées.

 

Qu’est-ce que tu attends de tes drum tech ?

Max Marzocca : j’attends d’eux ce que je fais quand je suis drum tech moi-même. Je pense que c’est très facile de travailler avec moi : mon kit comprend juste l’essentiel, d’habitude je n’utilise pas de triggers ni métronome ou pads. Je n’ai pas besoin de grand chose.

 

Comment es-tu devenu drum tech ?

Max Marzocca : j’ai commencé à accompagner des groupes en tournée il y a pas mal d’années. D’abord au stand de merchandising et ensuite en tant que tour manager. J’ai travaillé pour une entreprise locale qui m’a permis de commencer ce métier, je me suis toujours porter volontaire quand il cherchait quelqu’un pour accompagner un batteur.

J’ai travaillé avec Obituary, Pestilence, Suffocation, Deicide, Marduk, Rotting Christ, Decapitated, Aborted, Macabre, Onslaught, Belphegor, God Dethroned, Fleshgod Apocalypse, Melechesh, Keep of Kalessin, Christian Death, Nile, Cattle Decapitation, et je continue à être engagé donc peut-être que je fais bien le taff !

 

As-tu rencontré des batteurs qui consacrait leur activité uniquement à être drum tech ?

Max Marzocca : je n’en connais pas beaucoup d’autres, mais si tu arrives à accompagner des batteurs en tournée 6 mois par an, c’est à dire environ 6 tournées par an, tu peux en vivre. D’un autre côté je connais beaucoup de batteurs qui n’arrivent pas à vivre uniquement de la musique.

Personnellement, j’ai trouvé un bon compromis en étant batteur 40% de mon temps et drum tech 60%. Ces 60% m’aident à payer les factures et à mettre de côté.

 

Quel a été ton plus gros challenge en tant que drum tech ?

Max Marzocca : il y a 2 mois, j’ai travaillé pour 2 tournées européennes de suite. La tournée de Suffocation et Cattle Decapitation qui ont fini en Norvège à l’Inferno Fest, où les tournées de Nile et Melechesh commençait le même jour.

L’équipe a  donc tourné dans 18 pays, fait plus de 20 000km, préparés 43 concerts en 47 jours. Je ne suis pas rentré à la maison entre ces 2 tournées ! C’était incroyable mais on s’est vraiment éclaté.

 

Est-ce que tu aimerais ajouter quelque chose ou partager une dernière chose ?

Max Marzocca : merci pour ton soutien Aurélien !

J’invite les lecteurs à découvrir mes groupes, liker les pages FB de Natron qui est mon groupe de death metal depuis 24 ans et mon nouveau groupe The Ossuary, qui sort un premier album cette année.

En tant que batteur, je suis également endorsé par les magnifiques cymbales Ufip que je recommande vivement, et les baguettes Masterwork.

Voici ma page FacebookCeux qui sont intéressés par mon activité en tant que batteur, mes tournées, booker mes groupes, écouter du bon vieux death metal et du gros doom rock sont la bienvenue !

 

 

Un très grand merci pour ton partage et ton authenticité Max !

Soyez curieux, découvrez les groupes avec lesquels il joue, et laissez un commentaire pour nous dire ce que vous pensez de son expérience 😉

À bientôt !

 

Aurélien

Share


Comments

  1. hervé hartock Says: juin 4, 2016 at 8:45

    Merci aurélien pour cette interview de ceux qui travaillent dans l ombre des batteurs.
    musicalement

    Hervé

    • Aurélien Says: juin 5, 2016 at 8:40

      Avec plaisir Hervé !

      D’ailleurs, s’il y a d’autres métiers tournant autour de la batterie que tu aimerais mieux connaître, n’hésites pas à me le faire savoir dans les commentaires et je chercherai une personne pouvant ayant de l’expérience dans le milieu.

      À bientôt,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *